Jimmy Carter : « Les dirigeants de Corée du Nord ne sont pas fous. »

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on VKShare on Google+

Le 8 octobre 2017, les médias de Corée du Nord ont diffusé l’information que le programme atomique nord-coréen est une grande manœuvre de dissuasion qui vise à garantir la souveraineté de l’État communiste. Après les médias de l’État nord-coréen, le chef d’État Kim Jong-un a parlé de situations internationales compliquées, qui montrent que développer parallèlement l’arme atomique et l’économie est absolument correct.

Ces explications ont été publiées peu après que le président américain Donald Trump a lancé sur Twitter de nouvelles menaces en direction de la Corée du Nord. « Une seule chose fonctionnera », a twitté le président américain le 7 octobre – mais sans dire exactement de quoi il s’agit.

Ainsi dans quelle mesure peut-on croire les paroles du chef d’Etat nord-coréen, lui qui est continuellement qualifié de fou par les médias occidentaux ? La personne qui, par expérience peut avoir une appréciation compétente est l’ancien président américain Jimmy Carter. Il a été le 39ème président des Etats-Unis, de 1977 à 1981.

A l’époque Carter avait rencontré le fondateur de la Corée du Nord Kim Il-sung et Kim Jong-Nam, le président du comité directeur de la plus haute assemblée du peuple ainsi que d’autres cadres supérieurs.

Le quotidien américain « The Washington Post » a donné à Carter la possibilité de s’exprimer sur la question la plus brûlante en ce moment, c’est-à-dire la façon dont une guerre de Corée peut être évitée. Celle-ci passerait par des armes atomiques qui ne détruiraient pas seulement la presqu’île coréenne.

Carter a dit textuellement : « Le plus grand danger d’une autre guerre de Corée, c’est que cela menacera même la paix mondiale et il est incontournable que Pyongyang (c’est-à-dire le gouvernement nord-coréen) et Washington trouvent un moyen de résoudre la tension montante et arrivent à un accord pacifique et durable. »

En fait, le problème proviendrait de Washington (du gouvernement américain) et non de Pyongyang, qui depuis des décennies aspire à des relations normalisées avec l’Amérique et l’Occident. Carter trouve les chefs d’État nord-coréens et les autres représentants du gouvernement « tout à fait sensés et décidés à préserver leur pays ». Ils ne sont pas fous comme les qualifient faussement les USA et d’autres lignes dures en Occident.

Leurs exigences sont tout à fait légitimes, explique Carter, ils aimeraient des dialogues directs avec Washington, un traité de paix qui mettrait fin à un armistice précaire qui dure depuis des décennies.

« Ils veulent que les sanctions soient levées et ils veulent la garantie qu’il n’y aura pas d’agression arbitraire contre leur pays, comme durant la guerre des années 50. Ils veulent avoir des relations normalisées avec la communauté internationale. Ils ne représentent pas une menace pour l’Amérique ni pour aucun autre pays. Ils veulent que leur indépendance souveraine soit respectée. Et ils méritent qu’on respecte leurs revendications. C’est avec raison qu’ils craignent de la part des USA une guerre prétendument « préventive » contre leur pays, et c’est la raison pour laquelle ils ont opté pour une dissuasion atomique et balistique. Et ceci uniquement pour leur défense et non pour une attaque. »

Carter rappelle que dans toute l’histoire après la Seconde Guerre Mondiale, la Corée du Nord n’a jamais attaqué aucun autre pays. L’Amérique par contre a menacé avec une véritable violence toutes les nations qui ne se sont pas pliées à sa volonté. Elle prévoit d’avance des changements de gouvernement d’Etats indépendants. Au travers de la menace de Washington, il n’y a aucune chance que la Corée du Nord approuve un abandon total du nucléaire et se retrouve de ce fait totalement sans défense.

D’après Carter, ils sont aguerris contre les dures sanctions et ils trouveraient des moyens de vivre même dans de mauvaises conditions. La survie du pays a la plus haute priorité.

Carter exige du gouvernement Trump « d’envoyer à Pyongyang une délégation de haut rang pour des discussions de paix ou pour soutenir une conférence internationale avec la Corée du Nord et la Corée du Sud, les États-Unis et la Chine en un lieu acceptable pour toutes les parties. »

Le ministre américain des Affaires étrangères Tillerson a lui-même également proposé des entretiens. Trump a refusé et il appelle malheureusement cela une perte de temps. Carter continue en expliquant que, pour justifier ses dépenses militaires et son bellicisme hors contrôle et injustifiable, l’Amérique a besoin d’ennemis qu’il faut inventer parce qu’ils n’existent pas. Pyongyang sait ce qui s’est passé en Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, au Yémen et dans d’autres pays, qui ont été attaqués par des prétendues guerres « préventives ». Pyongyang a l’intention de s’assurer la meilleure défense possible afin d’éviter d’être la prochaine cible.

Le fait d’être en face d’une force qui possède des armes nucléaires et des missiles balistiques doit donner à l’administration Trump le temps de réfléchir pour savoir si elle doit attaquer un pays qui est en mesure de riposter fortement et de mettre en danger les forces armées de l’Amérique et de ses alliés.

Voilà l’opinion de l’ancien président Jimmy Carter, qui donne une toute autre image que celle que transmettent la plupart des médias établis. La voix de l’ancien homologue du président Trump indique clairement une fois de plus qui est le véritable agresseur, oui, le véritable « fou ».

de dd

Liens : http://Antikomintern/aktuell/2017_10_07_jimmy.htm
http://stephenlendman.org/2017/10/jimmy-carter-explains-north-korean-leaders-told/
https://www.washingtonpost.com/opinions/jimmy-carter-what-ive-learned-from-north-koreas-leaders/2017/10/04/a2851a9e-a7bb-11e7-850e-2bdd1236be5d_story.html

source: https://www.kla.tv/index.php?a=showlanguage&lang=fr

Via : reseauinternational.net/jimmy-carter-les-dirigeants-de-coree-du-nord-ne-sont-pas-fous

Laissez un commentaire