Qui était Mouammar Kadhafi ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on VKShare on Google+

Un militaire :

Mouammar Kadhafi  est né le 19 juin 1942 à Qasr Abou Hadi. Surnommé le colonel Kadhafi il est un militaire, brillant homme d’État et idéologue dans l’âme. Le coup d’état anti-monarchie de 1969 le propulsa au pouvoir. Reprenant les idées du panarabisme et du socialisme, il se distingua très rapidement par sa politique volontariste.

Un homme aux bonnes relations…

Toujours en 1969, il signe avec l’Egypte de Nasser et le Soudan de Nimeiry le pacte de Tripoli qui permet de lancer un vaste projet de fédération pour lutter contre l’influence grandissante d’Israel et de l’impérialisme américain. Ce projet de fédération ne sera finalement pas mis en place concrètement, Nasser meurt un an plus tard. Il qualifiait le colonel de dépositaire du nationalisme arabe. Il fût un grand leader dans la décolonisation, notamment en aidant nombre de grands résistants allant de Thomas Sankara à Nelson Mandela. Anouar El Sadate, le successeur de Nasser, ne voudra plus continuer les projets bilatéraux initiés par son prédécesseur avec la Lybie.

La situation des femmes :

« Elles avaient accès à de nombreuses fonctions (y compris dans les hautes sphères de l’Etat) et à l’éducation »

Sur le plan social, Kadhafi prônait l’égalité des femmes avec les hommes, il est un progressiste sur la question pour l’époque. Sa garde rapprochée était uniquement composée de… femmes, les amazones disait-il. Il avait une vision très différente du Coran, ce qui ne manqua pas de lui faire attirer les foudres des monarchies du Golf. Il a également mis en place des écoles militaires entièrement dédiées aux femmes dès 1983. Elles avaient accès à de nombreuses fonctions (y compris dans les hautes sphères de l’Etat) et à l’éducation. Il mit fin aux mariages forcés, très courants dans les tribus du pays.

La Jamahiryia, un Etat des masses :

Il créé une série de réforme en 1977, réorganisant  l’ensemble des institutions du pays,  faisant de la Lybie une Jamahiriya (un Etat des masses). Il s’inspire notamment des mécanismes de la démocratie directe. En 1979, il décide de renoncer au poste de chef d’Etat, préférant le statut de Guide de la révolution. Il devint une sorte de monarque éclairé.

La vie sous la Jamahiryia : 

Grâce aux immenses ressources financières issues du pétrole, il entreprit assez tôt un vaste programme de modernisation du pays… Il créa une sécurité sociale très étendue, inédite pour le continent Africain (allant jusqu’à offrir des maisons neuves de plus de 150m2 aux jeunes couples fondant une famille !).  L’électricité et l’eau à usage domestique étaient gratuites. Le prix d’un litre d’essence était de 0,08 euros, car largement subventionné. La dette était quasi nulle, aucun impôt n’était à payer (y compris la TVA !) et les banques du pays accordaient des intérêts à taux 0. Chaque étudiant pouvait, si ses résultats le permettaient, faire ses études gratuitement à l’étranger (l’état finançant tous les frais nécessaires à la réussite). Les voitures étaient achetées au prix d’usine sur place. Un début de revenu universel était d’ailleurs en vigueur puisque chaque famille avait droit à 300 euros par mois, offerts sur présentation du livret de famille. Les familles pouvaient se rendre dans des magasins bons marchés financés par le régime pour acheter à moindre coût les fournitures scolaires, la nourriture etc… Par ailleurs, les soins médicaux et l’enseignement à tous les niveaux étaient totalement gratuits.

La vie politique des lybiens :

« Sur 3,5 millions d’adultes, pas moins de 600 000 citoyens participaient à la vie politique »

Même si Kadhafi disposait de pouvoirs étendus, les citoyens pouvaient s’investir dans la vie politique locale, régionale ou nationale en devenant membre des congrès locaux, régionaux ou nationaux, le dernier se réunissant une fois par an pour faire part des demandes des citoyens au guide (Kadhafi). Sur 3,5 millions d’adultes, pas moins de 600 000 citoyens participaient à la vie politique.

Des finances au vert :

« Le colonel avait pour projet de créer le Dinar d’Or pour unifier l’ensemble du continent africain sous une même monnaie »

Au niveau financier, en plus d’être le plus riche pays d’Afrique, les réserves financières du pays dépassaient celles de… la Russie. Le pétrole avait propulsé le pays à la 6e place des pays possédant les plus gros fonds souverains au monde ! Le colonel avait pour projet de créer le Dinar d’Or pour unifier l’ensemble du continent africain sous une même monnaie. Ainsi, cela aurait permis à terme d’affranchir les jeunes nations africaines du franc CFA. La nouvelle monnaie devait faciliter un fort potentiel de lutte vis-à-vis du système financier international et surtout accroitre la compétitivité du continent. Les réserves d’or de la Lybie étaient si importantes que le rêve de Dinar Or était un projet tout à fait réalisable.

Politique internationale :

Une crainte de subir le même sort que Saddam Hussein…

Bien que sur le plan intérieur, le pays bénéficiait d’une situation confortable, sur le plan international, le colonel mena tout un temps une politique chaotique. Les Etats-Unis ont décidés de placer un temps le pays sous sanctions économiques, puis sous isolement. Par la suite, Kadhafi changea complètement d’attitude, en essayant de dialoguer. Il ira jusqu’à se présenter comme « allié » des occidentaux, par crainte de subir le même sort que Saddam Hussein… Ce fût l’époque des visites du dirigeant libyen à l’Elysée.

Les « dérives autoritaires » :

« Kadhafi ordonnait que leurs pendaisons soient diffusées à la télévision. »

Au niveau personnel, Kadhafi n’était pas un ange. Il a plusieurs fois été accusé de viol sur ses amazones. Aucune preuve n’a été retrouvé à ce jour. En ce qui concerne ses « opposants politiques »  virulents, Kadhafi ordonnait que leurs pendaisons soient diffusées à la télévision d’Etat. Un nombre important de ces « opposants politiques » étaient des islamistes radicaux ou encore des frères musulmans. L’état de la liberté d’expression, d’association et la séparation des pouvoirs étaient caducs. La population était surveillée en permanence, mais des progrès étaient à signaler contrairement aux droits énoncés précédemment. Après avoir lu le livre vert, vendus par millions dans le monde, on comprend mieux sa logique. Le colonel souhaitait avant tout une Lybie démocratique, sans le système des partis. Il voulait remplacer les partis par les corporations de fait, de métiers et certaines organisations de citoyens qui siégeaient dans les différents congrès. Ainsi la représentativité de la société libyenne était censée être garantie.  Avec l’ingérence discrète des américains (CIA), il était difficile de garder un régime de démocratie directe. C’est en grande partie pour cette raison que certaines libertés s’étaient vues réduites avec le temps.

La chute :

Partout en même temps, en 2010, une vaste « contestation populaire » eu lieu dans le Moyen-Orient et dans tout le Maghreb. D’ailleurs, je ferai quelques articles à ce sujet.

« Kadhafi avait martelé face aux pays européens que la perte de la Lybie serait la principale cause de l’arrivée de millions de migrants »

Il se trouve menacé par cette « contestation populaire ». Il y eu rapidement un effet boule de neige suite aux premières mesures d’urgences prises par le pouvoir et l’insurrection se transforma en guerre civile. La perte du soutient de l’armée et la prise de Tripoli, la capitale Libyenne, auront vite raison de ses 41 années de pouvoir. Il est capturé le 20 Octobre, lynché et tué dans les environs de Syrte. On l’accuse de « répression sanglante », mais comment aurait-il pû la commettre sans le soutient de l’armée ? Kadhafi avait martelé face aux pays européens que la perte de la Lybie serait la principale cause de l’arrivée de millions de migrants, son pays servant de verrou sur le reste du continent.

Le 15 septembre 2011, le président français, Nicolas Sarkozy disait « vous voulez la paix, vous avez voulu la liberté, vous voulez le progrès économique. La France, la Grande-Bretagne, l’Europe seront toujours aux côtés du peuple libyen ». Les foules étaient excitées par ce genre discours. 5 ans après, la Lybie était devenue méconnaissable, le pays s‘est décomposé, il n’existe plus. Les bombardements de l’OTAN ont fait des centaines de milliers de morts. Les rares enquêtes sur l’utilisation illégale de l’uranium appauvri de l’OTAN dans certaines de ses bombes ne publieront jamais leurs résultats. De nombreux cas de naissances d’enfants avec des cancers et des mutations génétiques seront à déplorer peu de temps après.

Quand la crise avait commencé, le PIB/ habitant était de 13 300 dollars, soit loin devant l’Argentine, le Brésil et l’Afrique du sud et juste derrière certains pays d’Europe du sud. La croissance y était de 10% chaque année ! Et le PIB/ habitant augmentait de 8,5% par an. Le pays est aujourd’hui complètement ruiné, 3 « gouvernements » et une multitude de groupuscules terroristes veulent s’accaparer le pouvoir. L’ONU et la plupart des ONG sont totalement absentes. La Lybie est devenue un no man’s land, 90% de son PIB est parti en fumée et la croissance a souvent dépassé les – 30%. Après la Syrie, c’est en Lybie que Daesh s’est le plus implanté.

Sources :

Le livre vert de Mouammar Kadhafi.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouammar_Kadhafi

http://www.hoaxbuster.com/forum/la-dictature-de-kadhafi

https://www.bladi.info/threads/kadhafi-etait-vraiment.319299/

http://www.rfi.fr/afrique/20111020-mouammar-kadhafi-portait-40-ans-regne-libye-guide

http://reseauinternational.net/kadhafi-la-verite-dune-journaliste-qui-se-trouvait-sur-place-video/

http://lavoixdelalibye.com/2017/01/29/36027/

 

Laissez un commentaire