Conflit nucléaire avec la Corée du Nord : Ce que les médias occidentaux disent et ce qu’ils ne disent pas

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on VKShare on Google+

Le 16 avril le ministère de la Défense de Corée du Sud a informé que la Corée du Nord avait essayé le matin de « tester un type de missile indéterminé dans la province sud de Hamgyong ». Ils supposent que le lancement a avorté. Il pourrait s’agir d’un missile balistique.

Un conseiller de politique extérieure du gouvernement des Etats-Unis a dit qu’il s’agissait probablement d’un missile balistique, c’est-à-dire d’un missile de moyenne portée. En se référant à des milieux gouvernementaux des Etats-Unis, l’agence de presse Reuters a rapporté que selon toute vraisemblance il ne s’agissait pas d’un missile de longue portée.

Bien que, en l’absence de preuves, personne ne sache exactement ce qui s’est passé, les réactions violentes n’ont pas manqué dans la politique et dans les médias établis, basées sur des « supposé », « probablement » et « il pourrait » :

– Le gouvernement sud coréen a convoqué une séance du Conseil de sécurité nationale et a averti que le test de missile menaçait le monde entier.

– Le Vice-président des Etats-Unis Mike Pence a énergiquement averti Pyongyang, le gouvernement de Corée du Nord, en disant que « l’ère de la patience stratégique » vis-à-vis de la Corée du Nord était finie. En outre Washington a annoncé qu’il envisageait « des options militaires » à cause du danger que représente la Corée du Nord.

– Le Gouvernement fédéral allemand de même a condamné le test de missile.

– L’inquiétude grandit quant à un nouveau test nucléaire de la Corée du Nord, a affirmé ZDF un jour après le « test de missile ». Aux Etats-Unis on parlerait d’une attaque préventive contre Pyongyang. D’après ZDF, Donald Trump aurait annoncé plusieurs fois son intention d’arrêter le programme nucléaire de la Corée du Nord au besoin tout seul.

Le dernier missile que la Corée du Nord avait lancé, c’était début avril à partir de la côte Est. En réplique l’armée des Etats-Unis a envoyé un porte-avions et plusieurs navires de guerre vers la péninsule coréenne. Bien que la Chine, vu la situation extrêmement tendue, ait mis en garde contre de nouvelles provocations et de nouvelles menaces, le bruit de bottes résonne toujours aussi fort de part et d’autre. Les médias occidentaux y contribuent pour leur part en présentant, souvent sans preuves claires, la Corée du Nord comme « le régime incalculable et imprévisible ».

Mais voici maintenant ce que les médias principaux ne mentionnent pas :

– Le 8 mars 2017 la Chine a fait une proposition de « cessation mutuelle » pour désamorcer la crise qui menace sur la péninsule coréenne. Le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi a dit textuellement : « Comme premier pas, la Corée du Nord pourrait cesser ses activités avec le nucléaire et la technologie des missiles en échange de la cessation des grandes manœuvres militaires des Etats-Unis et de la Corée du Sud. »

Le site web américain « Moon of Alabama » fait remarquer que la Corée du Nord est bien sûr inquiète, quand les forces armées des Etats-Unis et de la Corée du Sud font leurs grandes manœuvres annuelles et s’exercent ouvertement à l’invasion de la Corée du Nord. Des grandes manœuvres sont une situation de départ classique pour des attaques militaires. Chaque fois que commencent les grandes manœuvres des Américains, l’armée nord-coréenne, qui est dans un régime de service militaire obligatoire, doit être mise dans une position de défense maximale.

Les manœuvres de la Corée du sud et des Etats-Unis sont organisées au moment où on plante le riz ou quand on le moissonne, un moment où on a besoin de presque toute la population.

Par conséquent les manœuvres militaires ont menacé directement l’autosubsistance alimentaire de la Corée du Nord. Dans les années 1990 elles ont constitué une des raisons qui ont mené à une grave famine.

« Moon of Alabama » conclut que la dissuasion par le nucléaire permet à la Corée du Nord de diminuer sa disponibilité militaire habituelle ; et cela surtout pendant les saisons de travaux agricoles importants des plantations et des moissons. Si les Etats-Unis s’engageaient à mettre fin à leurs manœuvres annuelles, cela permettrait à la Corée du Nord de diminuer ses actions de défense conventionnelle sans devoir utiliser les armes nucléaires.

Au lieu de mettre la Corée du Nord au pilori dès la moindre information d’un nouvel essai nucléaire, les médias occidentaux auraient intérêt à mettre à la lumière les menaces de la politique belliciste des Etats-Unis.

Sans doute la Corée du Nord se souvient de la brutalité exceptionnelle avec laquelle les forces armées des Etats-Unis se sont ruées sur le pays dans les années 1950. Vous trouverez des détails dans les émissions insérées www.kla.tv/8613, www.kla.tv/8013

de dd

reseauinternational.net/conflit-nucleaire-avec-la-coree-du-nord-ce-que-les-medias-occidentaux-disent-et-ce-quils-ne-disent-pas-2/#vDoUBWpKU7CI0fMs.99

Laissez un commentaire